Broadchurch

Index de l'article

Titre : Broadchurch
Nationalité : Grande-Bretagne
Créateur : Chris Chibnall
Genre : Drame, Policier
Statut : En cours
Format : Actuellement 2 saisons de 8 épisodes chacune
Durée d'un épisode : 46 minutes

Synopsis : Une petite communauté se retrouve sous les projecteurs des médias après la mort d'un petit garçon. Deux enquêteurs sont chargés de résoudre cette affaire délicate, tout en essayant de garder la presse à distance et de préserver le tourisme. Face à un tel drame, les habitants commencent à s'épier les uns les autres, faisant remonter à la surface bien des secrets...

Casting :

David Tennant (Alec Hardy)
Olivia Colman (Ellie Miller)
Jodie Whittaker (Beth Latimer)
Andrew Buchan (Mark Latimer)
Arthur Darvill (Paul Coates
Jonathan Bailey (Oliver Stevens)
Matthew Gravelle (Joe Miller
Pauline Quirke (Susan Wright)
Adam Wilson (Tom Miller)
Joe Sims (Nigel Carter)
Carolyn Pickles (Maggie Radcliffe)
Charlotte Beaumont (Chloe Latimer)
David Bradley (Jack Marshall)
Vicky McClure (Karen White)

Avis personnel : Ayant tout récemment vu Broadchurch, j’ai décidé de faire une critique sur cette série qui est de grande qualité et dont on entend beaucoup moins parler que d’autres ultra populaires. C’est la raison pour laquelle j’ai eu envie de vous la présenter car elle vaut largement le détour. Broadchurch c’est quoi? C’est donc une série policière britannique qui se déroule dans une petite ville où tout le monde se connaît. Quand le corps d’un jeune garçon est retrouvé sur la plage, il est évident que cela crée un énorme bouleversement dans cette communauté.

Dès le premier épisode, j’ai adhéré à l’univers ainsi qu’aux différents protagonistes, l’enquête est mystérieuse et très vite nous nous retrouvons à soupçonner tout le monde sans pour autant avoir idée du mobile qui aurait motivé le meurtre. La mise en scène est excellente et très réaliste, j’ai particulièrement été impressionnée par le jeu des acteurs. En effet, ils sont physiquement banals, nous sommes loin des beaux gosses/belles gosses qu’on nous sert dans beaucoup de séries américaines et de ce fait il est bien plus facile de s’identifier à eux. Alors qu’on ne les connaît encore pas bien, nous sommes immédiatement touchés par la peine et la douleur qu’endure la famille de la victime, c’est d’autant plus tragique quand on sait que beaucoup de familles ont traversé ce genre de drame dans la réalité.

Nous suivons donc Hardy, tout récemment arrivé à Broadchurch, et l’agent Ellie Miller dans cette enquête pleine de rebondissements. Ce duo se révèle très rapidement atypique, alors que Miller est plutôt extravertie et directement touchée par l’enquête, Hardy est plus renfermé sur lui-même et ne pense qu’à retrouver le meurtrier de la façon la plus rapide possible. Petit à petit une confiance mutuelle se crée entre eux les rendant de plus en plus attachants.

La première saison ne compte que 8 épisodes, ce qui est juste parfait car ça permet à l’enquête d’être menée avec un rythme parfaitement maitrisé. ça ne traîne pas en longueur mais ce n’est pas trop rapide non plus et je dois dire que je ne me suis pas ennuyée une seule seconde! Bien entendu nous attendons le dénouement avec beaucoup d’impatience et celui-ci est fort en rebondissement! L’épisode final est d’une grande qualité, l’émotion est très forte et les acteurs nous bluffent à nouveau par leur jeu débordant de réalisme. Cet épisode final conclue bien l’histoire et je me demandais du coup sur quel sujet la saison 2 allait porter, j’avais également peur d’être déçue par cette dernière.

Il est évident que je n’entrerai pas d’avantage dans les détails de l’histoire le but n’étant surtout pas de vous spoiler. J’ajouterais encore que les décors sont magnifiques, tout particulièrement cette superbe falaise en bord de mer, ça donne vraiment envie de se rendre là-bas! Afin d’éviter tout spoiler, vous trouverez les informations et ma critique sur la saison 2 à la page suivante de l’article.

Je vous recommande donc très fortement Broadchurch, cette série m’a énormément surprise en bien, les britanniques n’ont franchement rien à envier aux américains.